Blog

Logo Facebook logo twitter Logo RSS logo lettre
 Guide-Bière.fr > Blog > Sun, beer & roots : bières et vin de Midi Pyrénées  

Sun, beer & roots : bières et vin de Midi Pyrénées

Debrief' du salon de Graulhet

Nico, Rpi et Blaiz - 03/05/2013


 
Sun, beer & roots : bières et vin de Midi Pyrénées Sun, beer & roots : bières et vin de Midi Pyrénées Sun, beer & roots : bières et vin de Midi Pyrénées Sun, beer & roots : bières et vin de Midi Pyrénées Sun, beer & roots : bières et vin de Midi Pyrénées Sun, beer & roots : bières et vin de Midi Pyrénées Sun, beer & roots : bières et vin de Midi Pyrénées Sun, beer & roots : bières et vin de Midi Pyrénées

Tac, embarquement en voiture pour le Tarn et ces collines verdoyantes. Bim, gros soleil de plomb le printemps nous tombe dessus comme un été.
La brasserie des vignes se situe à Graulhet, dans une ancienne usine de tannage (une mégisserie, l’activité économique historique de la ville, aujourd’hui disparue). De fait, elle a de la place la Brasserie des Vignes. Même beaucoup de place, avec deux bâtiments de plusieurs étages (la salle de brassage/fermentation occupe environ la moitié du rez-de-chaussée d’un des deux bâtiments). Bon du coup, pour occuper cette place, Stéphane Dumeynieu, le brasseur de lieux a eu la bonne idée de lancer un salon des brasseurs et vignerons de Midi Pyrénées. La première édition a eu lieu le 14 avril. Petit compte rendu.

 

On pointe le bout de notre nez dans un salon à l'ambiance détendue avec un public cosmopolite. Les stands sont en extérieurs, une calèche balade les gamins, les adultes sirotent allongés dans un pré, le soleil tape, tout ça donne un petit côté roots très chaleureux. Il y a du monde, suffisamment peu pour pourvoir discuter facilement avec les brasseurs, et suffisamment assez pour que les stocks soient très maigres dès le samedi soir, voir asséchés pour certaines très bonnes bières. Les horaires, fatigants pour les brasseurs, sont très agréables pour les visiteurs : de 15h à 1h le samedi et de 10 à 18h le dimanche. Au niveau organisationnel, c'est bonne franquette, pas de verres à dégustation proposés mais plusieurs stands proposent des gobelets consignés, du coup on opte pour l'achat de quelques verres en verre histoire de pouvoir déguster convenablement. Les demi pression sont tous à 2,5€, le prix des bouteilles est variable en fonction des brasseries. Tous les brasseurs proposent gratuitement de servir des petits volumes pour la découverte.

 

Premier stand, premier arrêt. La brasserie de la Cère (les bières de Julien) est une brasserie très récente créée en 2010 par Julien Tardieux. La gamme se décline sur six bières dont une blonde forte légèrement houblonnée qui lorgne dangereusement du côté des bières belges, une blonde issue d'une fermentation basse complètement adaptée à l'entrée en matière de ce festival (après 3h de voiture, il fallait bien ça pour nous rafraîchir et développer nos sens), une IPA majestueuse avec une belle longueur et des notes fruitées amenées par le cascade utilisé dans cette bière fondu dans une influence sensible de la levure. Malheureusement nous n'avons pas pu regoûter cette pépite. Ce n'était que le premier stand et quand nous sommes repassés plus tard dans la soirée, le brasseur avait déjà été bien dévalisé : plus d'IPA ! (tant mieux pour lui me direz-vous). Nous avons tout de même réussi à goûter à sa petite dernière, une bière en édition limitée sur fond de Barley wine, la Tête au carré. On est pour le coup sur un produit puissant, bien malté avec quelques notes acidulées passagères. La bouche est bien saisie et on conserve sur les lèvres des notes plus sucrées en fin de dégustation.

 

Après ce premier stand, nous effectuons un petit tour des autres exposants présents et repérer les petits coins sympas mis à disposition pour déguster sa bière peinard en profitant d'un bon soleil et d'une petite chaise.

 

Direction chez Gilbert's où le brasseur très jovial, très prolixe et avec le sourire ne peut que donner envie de goûter ses bières... Cette brasserie au nom paternel est encore en gestation : le brasseur depuis quelques mois aménage une ancienne école afin de recevoir à terme une brasserie de 5hL. En attente de recevoir un financement suffisant, il réalise tous les weekend des brassins d'un peu moins de 100L, dans du matériel amateur afin de commencer à faire connaitre sa gamme. Une situation qui devrait perdurer encore 4 à 5 mois avant le grand saut. La gamme est alléchante, sur des bières avec des hauts voltages, le brasseur étant partisan d'un l'alcool puissant car il agit comme un exhausteur de goûts, et surtout d'arômes (l'alcool étant volatile, il s'évapore, "entrainant" avec lui des molécules aromatiques). On goûte une noire bien faite, une single hop Aramis manquant d'amertume mais agréable et très aromatique sur un côté herbeux. Et surtout, nous goûtons le fleuron de sa gamme, la Triple Buse : une bière blonde forte (style triple) fermentée en fermentation basse (c'est déjà moins une triple) et avec des houblons américains bien aromatiques (c'est plus du tout une triple) ; c'est bon, rafraichissant malgré la puissance, céréalier, agrumes, fruits jaunes... Bref une réussite qui va nous passer sous le nez aussi puisque le lendemain à l'heure des achats, il ne lui en reste plus !

 

Autre stand qui nous a bien plu avec la découverte d'une brasserie que nous connaissions que de nom : Vaillant Fourquet... Dans la même veine que Gilbert's il s'agit d'une brasserie lilliputienne qui est en train de grandir pour s'adapter à la demande. Et de la demande, c'est normal qu'il y en ait : les bières sont savoureuses. Surtout la noire qui est délicieuse, torréfiée sans excès avec un corps soyeux et un finale très longue. Et vous savez quoi ? Quand on a voulu en acheter... il n’y en avait plus. Ce salon est finalement excellent pour le portefeuille.

 

Quatrième stand et redécouverte d'une brasserie déjà connue (un article devrait arriver courant mars 2137) : Joli Rouge, brasserie du Tarn et Garonne. L'avantage de la brasserie : elle a deux bières, dont les recettes changent au fil des saisons. Nous connaissions les bières de l'été 2012 et nous avons aujourd'hui découvert la collection automne/hiver 2012 et la collection printemps/été 2013. Ce qui nous a donné le droit à quatre bières : une brune plus ou moins à la belge (aux épices), une English IPA, une pale ale et un milk stout. Des bières sympas avec un coup de cœur pour l'IPA.

 

Pour les autres stands, nous avons fait l'impasse sur la Bell de Loing dont nous gardons un bon souvenir de leurs bières goutées il y a quelques années, sur Ratz dont les bières nous attendent déjà dans la cave et sur le Pré en Bulles auprès duquel nous avons acheté quelques quilles pour goûter à la maison. A part cela, il me semble qu'on a goûté une ou deux bières de tous les autres stands : Gaillarde, Caussenarde, Oc'Ale, Karland, Biérataise, des trucs pas mal mais rien d'excitant, quelques commentaires de dégustations viendront. On a bien sûr descendu quelques verres de la Brasserie des Vignes, avec la cuisine à la bière qui allait bien avec. Comme d'habitude ces bières débouchent sur un débat entre nous avec ce travail surprenant de l'acidité qui plaît ou pas. Et enfin, il y avait une brasserie Belge. Une brasserie dont il va bien falloir qu'on parle quand même : la Forestine...
Ahhh, la Forestine. Des représentants belges au milieu d’une horde de brasseur de Midipy. On aurait pu se dire qu’ils étaient là pour une raison particulièrement gouleyante. Que leurs produits étaient tellement WAOW que peu importe leur passeport, ils avaient détruit le concept des frontières au profit de la mondialisation du plaisir.
Mais en fait, ils font une bière au pastis, une bière aux épices pour poulet et une aux dragibus, et les autres on n’a pas eu le courage de goûter… Bon, sans faire trop long, les bières, créées par la Forestine, et brassées par Caracole, nous ont parues absolument immondes et désagréables. Puis, de façon assez scandaleuse, rien ne mentionne l’utilisation de 51 ou de Ducros dans leurs présentations…

 

Malgré tout, les bières ont plutôt été populaires chez les autres visiteurs. Et cela aura même créé une remise en question interne, est ce que chez Guide-Bière on est devenu des vieux cons ? Voire même, avons-nous toujours été des vieux cons ?… Quand je me rappelle du goût que j’avais en bouche en forestinant, je me dis qu'on a notre conscience pour nous... Mais sait-on jamais.

 

Voilà pour les stands. Mais ils n'étaient pas le seul attrait du festival. On avait également quelques produits locaux à découvrir. Et des conférences étaient organisées.
Nous avons raté les conférences mais nous avons assisté à un atelier bière et fromage animé par Élisabeth Pierre. C'était très sympa de rencontrer cette passionnée de bonnes choses. Le fromage était délicieux mais la sélection de bières (toutes venues des stands) n'était pas tellement à notre goût mais elle permettait de se rendre compte ce qui allait bien ensemble : la torréfaction sur un vieux comté, l'amertume sur un fromage frais et gras.

 

Avec le salon de Royan qui n'a pas été reconduit cette année, ce festival sauve l'ouest de la France, terriblement pauvre en manifestations brassicoles. D'ailleurs, il serait intéressant d'élargir un peu cet évènement afin que les brasseurs de Midi Pyrénées fassent profiter leurs voisins (Aquitains, Languedociens, Limousins, Poitevins, Auvergnats...) de leur dynamisme et de l'ambiance d'entraide qui semble régner entre eux. En tout cas, espérons que ce festival-là fera une deuxième édition. Il parait que oui. Et il parait que l'hôte ne sera pas le même. A l'année prochaine donc...

Recommandez cette page :

Les internautes commentent :

stephan  


«

"...ce festival sauve l'ouest de la France.." euhhhh le grand Ouest de la France coupée en deux, sacré gros morceaux !

7/5/2013 à 15h59

tavernacle  


«

J'ai eu sur cette journée exactement le même cheminement et impressions ..je vous encourage donc à rester de "vieux cons"

5/7/2013 à 23h11

free fire  

[site]
«

Wow, I actually had to bookmark a site! this is a first. Keep it up.

14/6/2019 à 4h20

À vous de jouer...


Votre email ne sera en aucun cas affiché sur le site.